La LDE sur Médiapart

  by    0   0

« Les trois vies du chevalier » Un film pour défendre et illustrer la liberté de penser.

Touche à tout dans le monde du cinéma, le réalisateur de ce documentaire, Dominique Dattola, est aussi acteur, monteur et producteur. Dans son documentaire, il s’appuie sur la vie du chevalier de La Barre pour traiter de la liberté induite par la laïcité jusqu’à nos jours. En 1766, le chevalier de La Barre est condamné par le présidial d’Abbeville pour « impiété, blasphèmes, sacrilèges exécrables et abominables ».  Il est devenu le symbole de l’oppression de la libre pensée. Agé de vingt ans, il fait partie d’un groupe de jeunes gens qui seraient passés devant une procession du Saint-Sacrement sans se découvrir. On les soupçonne d’avoir entonné des chansons quelque peu irréligieuses. Un crucifix aurait été entaillé. Bien que Louis XIV aie supprimé la peine de mort pour blasphème en 1666 et que le dossier soit particulièrement mince, le chevalier est condamné à faire amende honorable. Le 1er juillet 1766, il est torturé, puis décapité et brûlé avec un exemplaire du « Dictionnaire philosophique » de Voltaire trouvé en sa possession. Celui-ci s’investira pour prouver l’innocuité des faits reprochés au chevalier, protéger ses compagnons et lutter contre l’usage de la torture.

Comme le montre le documentaire, la figure du chevalier de La Barre, ses souffrances et son exécution, restent emblématiques pour les militants laïques. Les défenseurs de la liberté d’expression en matière religieuse refusent la notion même de délit de « blasphème ». Un rapport de Reporters sans frontières recense en 2013 des lois contre le blasphème, ou contre des délits ou crimes analogues, dans la moitié des pays du monde. Ce qui démontre l’actualité de ce combat. Le rapport annuel de Humanists International (ex IHEU) s’investit pour ce combat. Le documentaire de Dominique Dattola est un outil unique et précieux dans ce cadre. Son réalisateur l’a conçu pour alimenter avec force et vigueur des débats citoyens. Il décrypte ainsi pas à pas l’histoire depuis le sacre de Louis XV en 1722 jusqu’en 2005 à l’occasion du centenaire de la loi de séparation des Eglises et de l’état. Un dossier pédagogique accompagne l’œuvre, en ligne sur un site qui présente les modalités pour organiser les projections et les débats…

Charles Conte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top