Archive : Category

Agenda – lehavre.fr 12 Mai 2014

POSTED ON 05/05/2014 a 10:10  - POSTED IN Revue de presse

lehavre.fr

Allociné – critiques au 26 Avril 2014

POSTED ON 27/04/2014 a 9:09  - POSTED IN Projections, Revue de presse

Capture d'écran 2014-04-29 14.53.14

Emmanuel B.

Gageure tenue avec brio de raconter en parallèle une foule d’histoires : Celle du procès d’un jeune aristocrate rebelle et curieux au sein d’une société étroite dominée par une Église toute puissante que menace l’irruption des idées des « lumières »… Celle de la création d’une nouvelle statue du Chevalier à la place de celle que Vichy avait fait fondre pour « participer à l’effort de guerre »… Celle de la création d’une œuvre symphonique spécialement écrite et jouée par un grand orchestre pour la circonstance… Celle surtout du débat polémique sur la laïcité brillamment mené par une brochette d’intellectuels de tout bords et de haute tenue, dont on regrette cependant de ne pas pouvoir connaitre les noms… Dans cette vaste polémique, Dominique Dattola va offrir une large tribune à la sculpture qui portera la parole des protagonistes du procès comme celles des autres grands acteurs de l’histoire.

Colette K.

Très bon film. Je l’ai vu avant sa sortie dans le cadre d’un Colloque organisé par La Libre Pensée. D. Dattola a fait un film visible par tous sur un sujet terrible. Ce n’est pas documentaire ordinaire. Sa Forme est originale, elle retrace les « vies » du Chevalier à travers les siècles jusqu’à nos jours, sans tomber dans la reconstitution pure et simple, ni dans le récit classique. Le Chevalier est éternel, sa condamnation à mort par l’Eglise le rend toujours vivant. Je conseille vivement de voir ce film.

Lucie R.

Beau, fort, et efficace. Attendu par de nombreux citoyens pour informer les générations futures. Excellent film sur la liberté de pensée, la laïcité, et sur les risques encourus par tout un chacun dans une société où le pouvoir religieux se confond encore avec le pouvoir politique et judiciaire. En relatant l’histoire vraie d’un jeune homme de 19 ans, condamné à mort par l’Église en 1766 à Abbeville, victime du l’intolérance et d’un acharnement local particulièrement cruel et imbécile, ce « documentaire » trouve la voie des grands films par une expression artistique continue, ample et forte. De la conception de la nouvelle statue édifiée en 2001 pour Montmartre, à celle de l’accompagnement musical symphonique réalisé par l’Orchestre de Picardie, c’est un hymne d’amour à la jeunesse et à son droit à l’effronterie. Le tout est ponctué des commentaires des nombreuses personnalités, historiens, philosophes, citoyens mais aussi hommes d’église, interrogées dans un rythme qui rappelle celui d’une enquête classique. Très documenté, ce film peut être vu dans le cadre d’un complément aux activités scolaires des classes de lycée et de collège.

Michel V.

Il s’agit de bien plus que de la courte vie du Chevalier de la Barre, exécuté pour blasphème le 1er juillet 1766. C’est tout l’héritage du Chevalier, jusqu’à nos jours, qui est le sujet de ce film, un film qui présente une valeur artistique incontestable, en particulier par sa très belle musique composée spécialement et interprétée par l’Orchestre de Picardie mais aussi par les narrations de D. Dattola, des textes remarquablement inspirés sur un sujet qui aurait pu facilement être aride. Bien sûr, Dattola démonte la mécanique infernale qui va envoyer un jeune nobliau de province au supplice mais il y a beaucoup plus. Il y a ces courts extraits d’entrevues données par les experts sur la question avec tirs croisés et dommages collatéraux. Jubilatoire. Il y a aussi une mine d’anecdotes qui tournent autour de l’opposition cléricaux-laïcs français qui sont certainement intéressantes à découvrir ou redécouvrir. Voltaire, Victor Hugo, Jean-Jaurès, la loi de 1905, la construction du Sacré-Coeur font partie du paysage mais aussi des détails bien moins connuscomme cette mystérieuse disparation des statues des défenseurs de la laïcité pendant l’occupation . J’ai eu le privilège de voir ce film trois fois et je suis tombé sous son charme à chaque fois. Dattola a réussi à mettre de la chair autour d’une idée centrale de la modernité, la laïcité, la séparation de la religion et de l’État. En soi, ce n’est pas un mince exploit, mais quand on considère les moyens dont il a disposé, c’est carrément un tour de force (on se prend à rêver d’un film avec des moyens à la hauteur de son talent). Ringarde, la laïcité ? Détrompez-vous, ce sera certainement une des idées-forces du XXIe siècle. Merci à Dominique Dattola de nous le rappeler de façon si plaisante.

Le Monde – 23 Avril 2014

POSTED ON 23/04/2014 a 18:18  - POSTED IN Revue de presse

Ce n’est pas faute de les avoir invité aux projections de presse ni de leur avoir envoyé un DVD de presse mais les journalistes du Monde n’ont pu visionner le film. Trop d’actualité cinématographique sans doute ce jour là.  Ils en annoncent tout de même la sortie dans la rubrique  » Nous n’avons pu voir « .

 

L3VDC - LE MONDE 23 AVRIL 2014

Back to Top