Archive : Category

The 3 Lives of the Chevalier

POSTED ON 01/09/2014 a 5:05  - POSTED IN Promotion

Pour le monde anglophone, Gail Noyer, scénariste américaine Voltairienne, a supervisé le sous-titrage du film en langue anglaise. Le trailer sous-titré est disponible dans l’espace téléchargement et le code d’accès au screener sous-titré en anglais peut être envoyé sur demande aux programmateurs intéressés.

THE THREE LIVES OF THE CHEVALIER (Pitch) : The Chevalier La Barre : Freethought’s Eternal Martyr. Narrative Documentary : On the continuing struggle of freethought in France from The Enlightenment to our day (1765 – 2005), told through the execution of the Chevalier de La Barre for blasphemy, the last and youngest victim of religious intolerance under The Old Régime, and through repeated struggles to place a commemorative statue to his memory in Paris facing Sacred Heart Church. The film is scored with a symphony composed in his honor.

TECHNICAL DATA :

Lenght : 110 minutes
Language : French
Subtitles : English
Trailer : QT DV25 STEREO
Theater : DCP 2K FLAT 3.0
TV : DIGITAL BETACAM 4:3 STEREO

La 2e vie du costume du Chevalier

POSTED ON 26/07/2014 a 13:13  - POSTED IN Promotion

COSTUME CHEVALIER 1 - DessinLe Costume du Chevalier conçu par le costumier Bertrand Sachy et porté par Félicien Delon dans le film vient d’être cédé à l’Atelier Les Arts Réunis de Macon pour les besoins de sa chorale. Il entame donc sa deuxième vie entre de bonnes mains et continuera de faire briller sur scène l’étoile flamboyante de la Libre Pensée. Nous publierons des photos de ces représentations dés qu’elles nous parviendrons.

Publication de la Société Wallone d’étude du 18e siècle

POSTED ON 20/04/2014 a 9:09  - POSTED IN Promotion

swedhs

La Société Wallonne d’étude du 18e siècle nous propose un extrait de la Biographie de Charles Porset  contributeur du Documentaire  » Les 3 Vies du Chevalier « que vous retrouverez à l’onglet Le Film de ce site sous la rubrique Historiens. Vous pouvez également consulter sa biographie complète sur le site de la Swedhs.

 

 

Le Chevalier invité aux « RENDEZ-NOUS HU! GO! »

POSTED ON 13/04/2014 a 23:23  - POSTED IN Promotion

Vecteur Hugo 13 Avril 2014Projection de la Bande Annonce des 3 Vies du Chevalier au Grand Parquet à Paris suivie d’un débat pour annoncer la sortie imminente du film.

Laurent Schuh & Linata Soledad remercient Marie-Jo Sirac, Arnaud Laster, Danièle Gasiglia Laster, Jean Digne, Dominique Dattola, Fabien Le Borgne, Sylvain Martin, Patrice Pujol, Karamba, Michel Pichon et toutes celles & ceux qui ont animé ce 2ème RENDEZ-NOUS HU ! GO en ce dimanche 13 avril à la suite de la représentation de L’HOMME QUI RIT !

Vecteur Hugo

Le programme Vecteur Hugo rend hommage au grand homme visionnaire dans toutes ses dimensions : poétique, politique, humaniste et culturelle. Pour que l’engagement qui fut le sien retentisse en écho à la brûlante actualité sociale, culturelle, politique… afin que ses écrits ne soient pas que lettres mortes et que « ses visions » puissent être (re)découvertes, reçues et partagées. Remettre Victor Hugo au cœur de la place publique pour qu’il soit le Vecteur d’une société avec ses valeurs fondamentales ; pour insuffler une force vive animant et investissant nos pensées, nos paroles et nos actes… pour fusionner le poétique avec le politique et débattre ensemble en compagnie d’hommes et de femmes du monde politique, journalistique ou culturel lors des cirqu’conférences « Les rendez-Nous Hu ! Go ! « .

L'Homme qui rit

L’Homme qui rit de Victor Hugo

 Une pièce de Laurent Schuh produite par les Arts et Mouvant allant vers au Grand Parquet jusqu’au 20 Avril 2014.

Un texte inouï, universel et méconnu établi par François Bourgeat. Unanimement salué par la critique au fil de ses transformations successives, ce spectacle, quintessence d’un livre essentiel, interroge les vertiges et les mystères de l’esprit humain, ranimant le flamboiement lumineux et noir de l’imagination.. Avec un art de la rupture quasi musical, Laurent Schuh nous plonge dans la lumière de ce texte inouï, universel et méconnu dont l’étrangeté métaphorique nous renvoie à nous-même individu et société.

Note de la production du film

Dominique Dattola avait rencontré Daniel Mesguich lors de l’édition 2009 des Rendez-Nous Hu! Go! à Vincennes et lui avait demandé de lire un extrait du discours de Victor Hugo prononcé au Théâtre de la Gaité en 1876 pour le centenaire de la mort de Voltaire. C’est Daniel Mesguich qui prête aujourd’hui sa voix à Victor Hugo dans le film. En voici le texte : [Narrateur] Victor Hugo prononça en effet un discours flamboyant à la mémoire d’un Voltaire pourfendeur de l’injustice et au passage, il rappela à son auditoire qu’à Abbeville sous Louis XV … [Victor Hugo] … le lendemain d’une nuit d’orage, on avait ramassé à terre un vieux crucifix de bois vermoulu qui depuis trois siècles était scellé au parapet d’un pont. Le Chevalier de la Barre est pris. La sénéchaussée le condamne… L’heure monstrueuse arrive. On traîne La Barre sur la grand’ place; là flambe un bûcher ardent. Alors Voltaire poussa un cri d’horreur… [Narrateur] … et ce sera, déclama l’orateur… [Victor Hugo] … sa gloire éternelle.

Cuvée spéciale du Chevalier

POSTED ON 01/03/2014 a 13:13  - POSTED IN Promotion

ETIQUETTE-L3VDC-CUVEE-OFFICIELLE-WEB

 

Le Domaine Henri Naudin Ferrand s’est associé au lancement du film Les 3 Vies du Chevalier. Un partenariat qui demande à être pérennisé dans le temps pour accompagner les buffets des projections débats à venir dans le cadre de l’exploitation du film. A cette occasion, une page sera créée sur notre site pour préciser les conditions de vente et de livraison de ce vin d’excellence.

 

 

 

Parrainage-Domaine-henri-naudin-ferrand


 

 

La 4e Vie du Chevalier de Daniel M.

POSTED ON 08/02/2014 a 16:16  - POSTED IN Festivals, Promotion

Daniel M-8-février-entête

Bonjour,

L’ennui avec votre film « Les 3 vies », c’est qu’il introduit tellement bien le débat, comme nous l’avons affirmé ce jeudi au Théâtre Jean le Bleu de Manosque, que les quelques paroles échangées après la projection m’ont laissé sur ma faim… Je me permets donc de vous en retourner un petit ressac, sans vous faire bien sûr le moins du monde obligation d’y réagir.

À propos de l’athéisme, vous avez avancé l’idée selon laquelle « ne pas croire c’est déjà croire » [1] . Je ne suis pas du tout d’accord : refuser une croyance n’est pas croire (à autre chose). Enfin pas forcément. Il existe sans doute des athées qui ont une approche « religieuse » (dogmatique) de l’athéisme, ou du savoir, de la science, etc. Peut-être les libres penseurs de la cérémonie d’Abbeville que vous égratignez en font-ils partie, je ne sais, ne les connaissant pas. Mais ce n’est pas une fatalité.

 Dire « dieu n’existe pas » relève-t-il d’une foi ?

À vrai dire, l’athée que je suis pourrait tout à fait se contenter de dire, comme l’encyclopédiste, que l’hypothèse de dieu m’est inutile pour appréhender le réel et vivre, élaborer une morale, etc. Que « dieu » n’a aucun sens pour moi. Mais je vis dans un monde où la pensée (ou son absence) est balisée par la religion et où, même, comme votre film le rappelle salutairement, je puis être sommé de croire (enfin, simuler la foi) ou de conformer mon comportement à des lois dictées par la religion. Je ne puis donc, me semble-t-il, rester « neutre » vis-à-vis de cette question de l’existence de dieu qui, d’une certaine façon, pèse sur mon destin. Dire « dieu n’existe pas » c’est pour moi faire connaître, à qui peut ou veut l’entendre, qu’il existe une alternative à l’obligation de croire.

 Est-ce la manifestation d’une autre foi ? À l’instar de cet encyclopédiste, je recours aux thèses scientifiques, psychanalytiques, politiques pour appréhender le réel (enfin j’essaie, c’est plus compliqué que citer un verset, et surtout je n’ai pas forcément le courage d’approfondir ; je recours également à mes sens, à l’art, la poésie, etc). Je ne vais pas m’étendre sur la question du statut de la « vérité » dans ces différents domaines de la pensée, on n’en sortirait pas, disons simplement, par exemple, que tout « acquis » scientifique est toujours provisoire, il peut être remis en cause par une nouvelle découverte. Surtout, il ne me viendrait pas à l’idée de dire que la science me permettra de tout comprendre. Il restera toujours (si toujours a un sens) de l’inconnu et même, j’imagine, de l’inconnaissable, ne serait-ce qu’en raison des limites spatio-temporelles, physiques, psychiques, de l’humanité. Il ne s’agit donc pas, à mon avis, d’une foi.

 Au fond, à ce stade, nous nous rejoignons probablement. Alors, pourquoi est-ce que j’estime nécessaire de dire « dieu n’existe pas » plutôt que « je ne sais pas » ? Dieu ne pourrait-il être cet inconnaissable, par exemple ?

Eh bien non. J’appelle chat un chat, inconnu l’inconnu et dieu, dieu. Ce mot dieu, il m’est imposé par la religion, qui me presse de l’adopter quand elle ne m’y contraint pas, voire imposé par la société entière. Il a un sens bien défini dans chacune des religions qui le promeut. Je ne vois vraiment aucune raison d’utiliser justement ce mot-là pour désigner autre chose, surtout une chose dont je ne saurais rien. Donc pour moi dieu est ce qu’en disent les religions et c’est précisément de cette créature [2] anthropomorphe (et passablement monstrueuse sous ses différents avatars) que je dis qu’elle n’existe pas. Pas plus que le griffon, les dieux de la Grèce antique, les protagonistes des mythes, légendes et contes dont l’humanité (dont je suis) peuple de tout temps son imaginaire, ses temples, théâtres, mille et une nuits, tout autour de la planète [3] .

 J’espère avoir été suffisamment explicite, sinon convaincant. Et encore merci pour ce beau « documentaire musical ».

Daniel M. , athée sans chapelle

 

[1] Il se peut que, de mémoire, je déforme votre formulation. Ce n’est pas délibéré et le sens, je crois, était bien celui-ci.

[2] Création humaine. On possède déjà pas mal d’indices de la genèse des écrits sacrés.

[3] De même que la foi peut susciter des œuvres admirables, ce n’est pas parce que Parker et Artaud ont créé des merveilles sous l’emprise de la drogue ou de la folie qu’il faut se piquer ou cultiver la démence pour créer.

Donation des archives du Film à l’IRELP

POSTED ON 28/06/2013 a 23:23  - POSTED IN Promotion

Pour bâtir le contenu éditorial du film et fournir un contenu historique pertinent sur une période de plus de 250 ans (1745 – 2005) l’équipe d’AZOTH Studio (Dominique Dattola Réalisateur, Rishi Boodhoo Assistant réalisateur et Jean-Félix Cuny Conseiller Historique) a agrégé plus de 1000 pièces de documentation au fil des ans avec la complicité de François Jacob Directeur de l’Institut Voltaire de Genève pour la partie Voltairienne justement. Cette base a été indexée sur cdrom pour faciliter notre propre navigation. A la fin de la postproduction du film, nos classeurs ne nous étaient plus utiles et auraient sans doute, à terme, finis au rebut si nous n’avions pas pris la décision d’en faire don. Nous avons communiqué en ce sens et l’Institut de Recherche et d’Étude de la Libre Pensée (IRELP) s’est porté preneur. Nous avons finalement signé une convention le 28 Juin 2013 pour leur remettre officiellement ces fonds. La vidéo présentée ci-dessous, filmée par Daniel Hermange, retrace les moments clefs de cette restitution. Cette vidéo est digne d’un numéro de l’émission « strip-tease ». Il faut la prendre au second degré. On s’est bien marré…

Projections test

POSTED ON 15/03/2013 a 9:09  - POSTED IN Projections, Promotion

Une vingtaine de projections test de la copie zéro du film ont été effectué en France entre Octobre 2012 et début Mars 2013. Une grosse centaine de spectateurs ont pré-visionné le film et ont été invité à s’exprimer individuellement au cours d’entretiens privés à l’issue de ces séances :

Origine (100%)
Équipes du film : 15%
Souscripteurs du film : 14%
Spectateurs non avertis : 47%
 
Profession (100%)
Audiovisuel & cinéma : 31%
Art, spectacle, culture : 23%
Justice : 2%
Enseignement : 9%
Grand Public : 11%

L’équipe de création a pris bonne note de leurs critiques et la copie définitive du film a été éditée à l’issue de cette campagne. la ligne éditoriale a été clarifiée; la partition musicale mieux équilibrée. Certaines séquences ont disparu et d’autres ont été retournées. La durée du film a été ramené de 2h15 à 1h50 pour aboutir à la copie standard.

L3VDC - Projections test 2012-2013 small

 
 
 
Back to Top